Communiqués‎ > ‎

L’algue didymo n’est plus considérée exotique...cependant elle n’en demeure pas moins nuisible!

publié le 26 mars 2014 à 07:56 par Lucile Tranchecoste
Causapscal, le 26 mars 2014 – L'article scientifique tout récemment publié dans le Canadian Journal of Fisheries and Aquatic Sciences concernant la présence historique de l'algue didymo dans le bassin-versant de la rivière Matapédia est évocateur. L’article intitulé : « Exploring the environmental context of recent Didymosphenia geminata proliferation in Gaspésie, Quebec, using paleolimnology », est une étude paléolimnologique démontrant que les frustules de didymo (capsules de verre pouvant être conservés dans les sédiments lacustres) ont été retrouvées dans la carotte de sédiment du Lac au saumon vers les années 1970. Ceci démontre que l'algue a été au moins présente depuis ces années dans le bassin versant de la rivière Matapédia. L'étude permet également de démontrer que les changements climatiques ainsi qu'une débâcle de glace plus tôt au printemps pourraient favoriser la production de biomasse excessive dans nos cours d'eau. Cette étude nuance également que la présence des proliférations d’algue didymo à grande échelle est un phénomène nouveau dans l’est du Canada. Ce qui n’est pas nouveau, c'est la présence "cellulaire" de cette algue.


Bien que cette étude démontre que cette algue ne devrait plus être considérée exotique, elle ne réfûte pas qu'elle soit nuisible. L'ampleur des proliférations et leur récurrence ont une incidence indéniable sur la vitalité économique de nos rivières à saumon ainsi qu'un impact majeur sur l'écosystème. Des recherches scientifiques sont en cours afin d'évaluer l'impact de l'algue didymo sur le saumon atlantique juvénile. Jusqu'à maintenant, les travaux de Carole-Anne Gillis (étudiante au doctorat en science de l’eau de l’INRS) ont démontré que l'alguedidymo modifie la base de la chaîne alimentaire en rivière et que les saumons juvéniles répondent à la présence des tapis denses et fibreux en adoptant des stratégies comportementales différentes et une diète moins variée. L'ampleur de l'impact de l'algue didymo sur le saumon atlantique juvénile dans l'est du Canada sera connu à l'automne prochain alors que l'étudiante de doctorat complètera sa thèse sur le sujet.

Les efforts de sensibilisation et les campagnes de nettoyage ne sont pas en vain. La vulnérabilité de nos écosystèmes aquatiques à d’autres espèces exotiques envahissantes (EEE) est grande compte-tenu de l'achalandage touristique de notre région. Tous les efforts déployés par les divers acteurs de l’eau tels que les gestionnaires de rivières à saumon et les ministères provinciaux concernés, ont permis de sensibiliser le public et les pêcheurs à la propagation des espèces pouvant être néfastes à notre économie locale.

Pour conclure, nous conseillons fortement que les stations de nettoyage soient maintenues en fonction lors des prochaines saisons estivales pour ainsi limiter l’arrivée et la propagation d’espèces exotiques envahissantes sur notre territoire.

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec Carole-Anne Gillis à carole- anne.gillis@aquaconfluence.com ou par téléphone au (418) 750-5314.

Voir pièce jointe.
Ċ
Lucile Tranchecoste,
26 mars 2014 à 07:56
Comments