Atlas‎ > ‎

Dictionnaire des données

Le dictionnaire a pour but de vulgariser l'aspect technique de certaines données et de décrire le contenu de la carte interactive qui se consulte dans Google Earth. Pour bien comprendre certaines de ces données, il est nécessaire de connaitre la méthodologie employée pour leur collecte et leur traitement.

Indice de qualité de la bande riveraine (IQBR)


Cet indice est issu d'une formule mathématique tenant compte de plusieurs paramètres, soit le pourcentage de forêt, d'arbustes, d'herbacées, de coupe forestière, de friches et pâturages, de culture, de sol à nu, d'affleurement rocheux, et de présence d'infrastructures. Pour ce relevé, fait à bord d'embarcation, les bandes riveraines du cours d'eau sont préalablement divisées sur le GPS en sections de 125 mètres de large sur 15 mètres de profondeur. Chacune des sections est ainsi caractérisée dans sont ensemble. L'indice résultant est situé entre 0 et 10. Une valeur de 10 décrit une bande riveraine en parfaite condition.

Cet indice permet entre autres de déterminer les secteurs d'interventions prioritaires. Pour le citoyen, cet indice peut servir à évaluer le besoin d'actions à poser afin de contribuer au maintient de sa bande riveraine et ainsi, au maintient de la qualité de l'eau.

Points d'érosion

Souvent le résultat d'une bande riveraine de mauvaise qualité, l'emplacement des points d'érosion permet aussi, jumelé à l'indice de qualité de la bande riveraine, de déterminer les secteurs d'interventions prioritaires. Dans un monde parfait, chaque riverain ferait en sorte que sa bande riveraine soit totalement intacte, sans point d'érosion. Ils sont une grande cause d'apport en sédiment dans les cours d'eau et des pertes importantes de terrain. Le saumon pour sa part, fuit les endroits où il y a trop de sédiments fins.

Qualité des ouvrages de traverse

Comme un très grand nombre de cours d'eau sont croisés par des routes, rues, chemins et sentiers, la qualité des ouvrages de traverse à un impact direct sur les cours d'eau, principalement en matière d'apport en sédiments. La caractérisation de ces ouvrages à été faite, pour la rivière Matapédia, sur les tributaires, en remontant un maximum de 250 mètres environ.

Herbiers aquatiques dominants

Les herbiers sont des concentrations de plantes et/ou d'arbustes aux abords, ou dans un cours d'eau ou un lac. Généralement, la présence d'un herbier est un bon signe quant à la qualité de la berge. Cependant, certains herbiers apparaissent lorsqu'il y a un apport en sédiment important.

Sur la carte, les herbiers sont représentés en ne tenant compte que de leur espèce dominante, bien qu'ils soient le plus souvent composés de plusieurs espèces.

Emplacement de drains et surplus de pluie et de deltas

La présence d'un drain ou d'un surplus de pluie doit faire appel à la vigilance en regard de la qualité de l'infrastructure. Souvent oubliés, ils peuvent devenir avec le temps une source d'apport en sédiment.

Les deltas quant à eux, sont un signe évident d'un apport important de sédiments provenant d'un tributaire. Lorsqu'un delta se forme à l'arrivée d'un tributaire dans la rivière Matapédia par exemple, c'est un signe irréfutable qu'il y a un problème d'érosion en amont du tributaire.

Stations d'échantillonnage

Une station d'échantillonnage n'est en fait qu'un endroit précis, sur un lac ou une rivière, où sont pris des échantillons d'eau. L'analyse de cette eau permet de connaitre avec précision les éléments chimiques présents ainsi que leur quantité. On connait de cette façon la qualité de l'eau, l'état général d'un cours d'eau, le stade d'un lac, etc.

Cours d'eau

Tous les cours d'eau du bassin versant sont représentés dans la carte interactive. Ils y sont séparés par ordre, allant de 0 à 6. Les ordres classent les parties de cours d'eau selon leur importance dans l'arbre général du bassin versant. Ainsi, les cours d'eau intermittents sont de l'ordre 0, alors que la rivière Matapédia, de l'ordre 6, reçoit toute l'eau provenant de la tête du bassin et la draine jusqu'à la rivière Restigouche.

Limites territoriales

Plusieurs limites divisent le territoire de façons différentes.

Les limites municipales vous permettront entre autres de mieux vous situer sur le territoire. Les municipalités sont représentées 2 fois dans la carte. Une fois selon leur limite originale, une autre selon la partie de leur territoire qui est incluse dans la limite du bassin versant. Toutes les superficies sont affichées, dans les 2 cas. Même chose pour les périmètres d'urbanisation les plus importants.

La limite pour chacun des 14 sous-bassins versants est aussi disponible. Ceci nous permet de subdiviser le territoire à l'étude et de présenter les résultats selon cette division. Jetez-y un coup d’œil pour savoir dans quel sous-bassin vous demeurez !

Vous pourrez aussi voir l'emplacement des parcs, réserves et ZEC, et connaitre leur superficie incluse dans le bassin versant.

Bathymétrie des lacs

La bathymétrie est une carte topographique représentant le fond d'un lac ou d'un cours d'eau. Vous pouvez aussi visionner les bathymétries en 3 dimensions.

Dans la carte interactive, les bathymétries sont disponibles pour les plans d'eau suivants: lac du Portage, lac Touradi, lac Matapédia, lac Humqui, lac Nemtayé et lac au Saumon.

Impact humain

Ce thème présente les informations relatives à l'exploitation du territoire à des fins industrielles, agricoles, d'enfouissement ou d'élimination écologiques.

Gestion de l'eau

Ce thème regroupe les diverses sources d'eau potable municipales ainsi que les bassins d'épuration.

Indice de la qualité bactério-physique (IQBP)

Le Ministère du Développement Durable, de l’Environnement et des Parcs utilise une méthode permettant d’évaluer la qualité générale de l’eau de surface : l’indice de qualité bactério-physique (IQBP). Cet indice est basé sur l’évaluation de sept variables, qui sont le phosphore total, les coliformes fécaux, la turbidité, les matières en suspension, l'azote ammoniacal, les nitrites-nitrates et la chlorophylle a totale (chlorophylle a et phéopigments).  On peut aussi y ajouter le pH, la DBO5 et le pourcentage de saturation en oxygène dissous.

Il y a cinq classes d’IQBP : très mauvaise qualité, mauvaise qualité, qualité douteuse, qualité satisfaisante et bonne qualité. Bien qu’il soit préférable d’obtenir des valeurs pour chacun des paramètres, cette évaluation permet de faire une évaluation globale de la qualité de l’eau de surface.