Sommet sur les eaux de ruissellement et les changements climatiques : les acteurs de l’eau outillés!

May 2, 2019

Causapscal, le 26 avril 2019 – Des élus, citoyens, travaux publics, paysagistes, entrepreneurs en aménagement et ingénieurs civils ont participé au Sommet sur les eaux de ruissellement et les changements climatiques, le 24-25 avril à Causapscal.

Les acteurs de l’eau, de Bonaventure à Lévis, ont répondu en grand nombre et ont pu partager leurs expériences, discuter de nombreux enjeux reliés au ruissellement et en apprendre davantage grâce aux spécialistes sur place. Nous remercions d’ailleurs notre président d’honneur, M. Gilles Rivard, ing., d’avoir partagé sa grande expérience en gestion des eaux pluviales et en hydrologie urbaine. Ils ont aussi pu bénéficier du partage d’expertise d’Alexis Petridis, ing. à la Ville de Trois-Rivières pour le projet de réfection de la rue St-Maurice. Des discussions ont eu lieu sur l’entretien, les consultations publiques, les résultats du projets, les embûches, mais surtout les bons coups reliés à un tel projet.

 

De plus, les sept municipalités riveraines de la Matapédia et l’OBVMR ont partagé 4 années de démarches aboutissant en 47 jardins de pluie pour le saumon et en devis d’aménagement. Tous ces outils vont permettre au bassin versant des rivières Matapédia et Ristigouche une meilleure adaptation aux changements climatiques et favoriser une cohabitation saine avec l’habitat du saumon atlantique. Les travailleurs municipaux et les élus ont présenté comment la gestion des eaux pluviales devient une approche incontournable dans les projets municipaux en lien avec les infrastructures. Des citoyens ambassadeurs ayant des jardins de pluie pour le saumon chez eux nous ont présenté comme il est simple d’en aménager. Un simple jardin de pluie peut capter plus que 90% d’une pluie et éviter ce ruissellement d’eau sale aux saumons.

 

Dès que 10% du territoire est imperméable (stationnement, toit, voirie) l’impact commence à se faire sentir sur la qualité de l’habitat aquatique et sur les volumes d’eau envoyés aux cours d’eau. Bien que les dommages liés aux mauvaises pratiques d’aménagement soient plus évidents dans les grandes villes, les impacts sur l’écosystème aquatiques sont tout aussi réels dans les secteurs moins densément habités comme la vallée de La Matapédia. Les études produites et présentées par l’OBVMR dans les dernières années le démontrent à différents niveaux: impacts sur les communautés benthiques, panaches de sédiments envoyés à la rivière et augmentation de la conductivité en aval des égouts pluviaux sont toutes des observations qui nous permettent de constater ces impacts.

 

Gilles Rivard et son équipe de la firme Lasalle | NHC ont produit une projection du volume de ruissellement dans le cadre des changements climatiques faite spécialement pour le bassin versant des rivières Matapédia et Restigouche. Les résultats préliminaires indiquent que d’ici 2100, on pourrait recevoir une augmentation des volumes allant jusqu’à 20%. Cette augmentation n’est pas à prendre à la légère et les ministères de l’environnement et du transport du Québec majorent actuellement leurs calculs de dimensionnement de ponts et ponceaux de 18% pour prendre en compte la réalité des changements climatiques.

 

La problématique avec cette augmentation est qu’elle aura lieu lors de pluie plus intenses et engendrera de l’érosion et des inondations en même temps que des sécheresses plus longues en période estivale. Elle augmentera les impacts du ruissellement urbain sur l’habitat aquatique et diminuera la résilience de nos écosystèmes. De grandes villes comme Paris prennent maintenant le taureau par les cornes et mettent de l’avant des plans d’urbanisme et des normes qui réduisent considérablement l’eau de ruissellement sur les surfaces imperméables.

 

L’OBVMR et la firme Lasalle | NHC ont présenté un outil qui permettra de cerner efficacement quelles zones des municipalités risquent d’apporter plus de sédiments aux rivières. Ces municipalités pourront mieux cibler les zones problématiques et optimiser leurs efforts dans la lutte contre les changements climatiques en faisant une gestion optimale de leur ruissellement urbain. Les bassins versants voisins pourront s’en inspirer pour créer leur propre portrait.

 

Des bilans hydriques résidentiels ont également été présentés. Ces bilans personnalisés seront envoyés à près de 3800 propriétés riveraines de Sayabec à Sainte-Florence. Les propriétaires pourront connaître leur impact sur le ruissellement urbain et la taille de l’aménagement nécessaire pour capter les pluies sur leur terrain.

 

Les conférences, enregistrements des discussions et la documentation reliée seront disponibles sur le site de l’OBVMR prochainement : https://www.matapediarestigouche.org/evenement-trd

 

Pour tous plus de détails sur les eaux de ruissellement, consultez notre site dédié :
www.obvmr.org

Sur la photo: Laval Robichaud (Directeur général, Causapscal), Marcel Belzile (Maire, Sayabec), Pierre D’Amours (Maire, Amqui), et Valérie Delisle-Gagnon (Biologiste, OBVMR)

 

Merci à nos partenaires :

 

 

 

Please reload

À surveiller !

Enfin, un portrait de la Berce sphondyle!

February 8, 2019

1/4
Please reload

Nous suivre sur
  • Facebook Basic Square